Gite et Tour de l'Info de la France en Marche

L’impossible doublé Tour d’Italie-Tour de France

banner

Sept coureurs dans l’histoire ont gagné la même année les Tours d’Italie et de France. Le Français Thibaut Pinot et le Colombien Nairo Quintana s’attellent, vendredi 5 mai, jour de départ du 100e Giro, à cette mission quasiment impossible dans le cyclisme moderne.

Toujours en quête de notoriété par rapport à son encombrant voisin français, le Giro – ou Tour d’Italie – a trouvé un moyen de faire parler lui dès le mois de mars, en utilisant le nom de Bernard Hinault, seul survivant du trio des coureurs français ayant porté le maillot rose jusqu’au bout, au côté de Jacques Anquetil et Laurent Fignon.

Libéré de ses obligations d’ambassadeur du Tour de France, le Breton a accepté d’entrer dans le « Hall of Fame » du Giro, temple de la renommée du Tour d’Italie qui fête ses 100 ans cette année.

Le « blaireau », quintuple vainqueur du Tour de France, est l’un des sept coureurs à avoir triomphé en rose en mai avant de vaincre en jaune en juillet de la même année. Seuls Fausto Coppi, Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Stephen Roche, Miguel Indurain et Marco Pantani ont également réussi cet exploit. Le regretté pirate italien avait endossé les deux maillots en 1998, année de sinistre mémoire, marquée par l’affaire Festina.

Aucun champion n’a réussi ce doublé depuis 1998

Depuis que les performances des cyclistes sont sous surveillance plus étroite, à défaut d’être parfaitement efficace, aucun champion n’a réussi ce doublé, qui paraît aujourd’hui presque impossible.

En 2015, l’Espagnol Alberto Contador l’avait tenté sous la pression de son encombrant sponsor, le Russe Oleg Tinkoff, qui entendait rentabiliser son investissement dans le cyclisme. Si le Castillan est bien arrivé en rose sous le dôme de Milan, il dut se contenter de la cinquième place sur les Champs-Élysées, deux mois plus tard.

Le doublé est un rêve quasi irréalisable : cinq petites semaines séparent les départs des deux tours majeurs, qui impliquent des préparations différentes. Plus précoce dans la saison, le Tour d’Italie doit souvent affronter des pluies glaciales, voire des chutes de neige, épuisantes pour les organismes.

Les routes de montagne du Tour de France, en particulier dans les Pyrénées, sont, elles, souvent écrasées par des chaleurs qui entraînent des difficultés exactement opposées. La morphologie des deux parcours, dictée par la géographie, n’a rien à voir non plus d’un côté et de l’autre des Alpes. Les étapes de plat qui constituent l’ordinaire de la première semaine du Tour de France sont inexistantes au Giro.

Les coureurs sont devenus des machines de précision, réglées au millimètre par des séances d’entraînement conçues pour les amener à leur point de forme maximal à l’instant T. Lequel est par définition unique.

Thibaut Pinot et Nairo Quintana prêts à relever le défi

En principe, un homme au sommet en mai en Italie ne peut plus l’être en juillet. Après le renoncement de Romain Bardet, meilleur coureur français de grand tour, deux hommes sont pourtant décidés à relever le défi pour le centième Giro : le Français Thibaut Pinot et le Colombien Nairo Quintana.

Le premier, troisième du Tour de France 2014, est un grimpeur, régulier en côte mais rarement vainqueur au sommet, ce qui fait de lui un client idéal pour le parcours accidenté de cette édition 2017.

Nairo Quintana a, lui, déjà un tour d’Italie, un tour d’Espagne et trois podiums sur le Tour de France à son palmarès. En déclarant sa candidature à la double couronne en janvier 2017, il a assuré qu’il tenterait « d’être à 100 % sur les deux courses », sans autre engagement de résultat. « Si cela nous réussit, ce sera un formidable exploit ; si cela ne nous réussit pas, eh bien, nous ne savons pas ce qui se passera car nous n’avons pas essayé », dit-il.

En tout état de cause, s’il coiffe cette double couronne, Nairo Quinana sera le seul en mesure de coiffer la troisième, en septembre. En cyclisme, cette triple couronne consacre le coureur gagnant la même année deux grands tours et le championnat du monde. Ce rêve-là, encore plus improbable que le doublé Giro-Tour de France, deux hommes l’ont réalisé à ce jour : Eddy Merckx en 1974 et Stephen Roche en 1987, il y a trente ans.

Le Giro fête ses 100 ans

Le vendredi 5 mai, le Tour d’Italie a imité son concurrent de toujours, le Tour de France : en 2013, la centième « Grande Boucle » était partie de Corse. Ce Giro 2017 a pris lui aussi un départ insulaire, avec une première étape en Sardaigne et une deuxième le lendemain en Sicile.

Ce centième Tour d’Italie tentera de réunir sur une seule édition tous les monuments de l’histoire d’une course réputée encore plus dure que la Grande Boucle. Tous les grands cols seront là, de même que les grands lieux de pèlerinage sportif. Le peloton passera donc par Ponte a Ema, lieu de naissance de Gino Bartali, par le Castellania de Fausto Coppi et le Bergame de Felice Gimondi.


Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *