Nous Suivre sur

Médias

La Vidéo qui a fait pleurer le Monde: Comment peut-on arrêter les Guerres ?

Un jour, une personne a demandé à l’enseignant spirituel George Gurdjieff : « Comment peut-on arrêter les guerres ? »

Sa réponse est fort intéressante :

 » Les guerres ne peuvent être stoppées. Les guerres sont la conséquence de l’état d’esclavage intérieur dans lequel l’homme vit. En réalité, l’Homme ne doit pas être blâmé pour cela. Les guerres sont dues à des forces cosmiques, à des forces planétaires qui le dominent.

Mais le problème c’est que l’Homme n’a aucun pouvoir de résistance face à ces influences et il ne peut pas y en avoir car les hommes et les femmes ne sont que des esclaves.

S’ils étaient capables de résister à ces forces destructrices, ils pourraient arrêter de se tuer les uns les autres mais ce n’est pas le cas, la preuve c’est que le nombre de guerre ne diminue pas !

Au contraire, le nombre de guerres augmente et elles ne peuvent être arrêtées par des moyens ordinaires. Toutes ces théories sur une paix universelle et toutes ces conférences sur la paix dans telle ou telle région ne sont que de la paresse et de l’hypocrisie.

En réalité, les hommes ne veulent pas y penser, ils ne veulent pas travailler sur eux-mêmes ou se remettrent en cause mais ils cherchent plutôt à trouver comment faire pour que les autres fassent ce qu’ils veulent.

L’homme est fondamentalement ignorant, ignorant d’abord de qui il est réellement et ceci est la cause de toutes ces guerres… »

Médias

Ces gestes qui changent le cours d’une vie

Quelle va être votre intention positive à vous aujourd’hui? Faite un geste même le plus petit possible un sourire, un bonjour qui peut changer le cours d’une vie ; C’est l’intention qui est à l’origine du changement !
La bonté n’a pas de prix, tout comme l’argent n’accorde pas obligatoirement la joie en notre cœur.. Bien souvent, ce n’est pas celui qui fait la Une d’une actualité en un acte de générosité qui est le plus honorable… N’être que l’inconnu que l’on croise en une rue, celui qui a conscience de ce qu’il est et de qui il est, de ce qu’il peut apporter, du bouleversement qu’il peut engendrer, celui-ci sait que pour toucher le bonheur, il suffit de se contenter de vivre en ses propres besoins, ni plus ni moins…
L’attention, l’offrande, sont une ouverture vers l’autre, en la simplicité d’une action pouvant tout changer… L’effet papillon n’est pas que dévastateur…

Lire Plus

Médias

Les Enfoirés 2018 : Que le spectacle commence

La troupe des Enfoirés est de retour avec une série de sept concerts à guichets fermés, qui commence ce mardi 16 janvier à Strasbourg. Les Enfoirés remontent sur scène ! Toute la troupe repart sur les routes de France pour une série de sept concerts, tous à guichets fermés, qui commence ce mardi 16 janvier. L’un des spectacles sera diffusé en mars prochain sur TF1.

Mais pour l’heure, c’est à Strasbourg que les Enfoirés ont rendez-vous pour le tout premier concert de leur tournée. Le show, baptisé Musique, est composé de dix-sept tableaux, de deux medleys et des traditionnels sketches des membres de la troupe. Le tout orchestré par Mimie Mathy, qui fait son grand retour après son opération qui, l’an passé, l’avait privée de son costume de maîtresse de cérémonie des Enfoirés. « C’est un rendez-vous que j’ai très peu loupé et chaque fois que j’ai été obligée de le manquer, c’était toujours pour des raisons de santé. Je suis triste, ça me manque. Là, j’étais super heureuse de revenir. Je suis épatée qu’il y ait encore des idées nouvelles », a confié la comédienne sur RTL.

Les fans des Enfoirés pourront la retrouver aux côtés de la troupe « d’habitués » – à l’exception du comédien Jean-Baptiste Maunier – composée notamment de Jean-Louis Aubert, Michaël Youn, Bénabar, Patrick Bruel, Liane Foly, Kendji Girac ou Jenifer. Cette année, l’hymne des Enfoirés s’appelle « On fait le show ». Un morceau écrit par le rappeur Soprano, et dont le clip, sorti lundi 15 janvier, est une succession d’images d’œuvres d’une quarantaine d’artistes, de grapheurs et d’illustrateurs. Les bénéfices des ventes de ce single seront reversés aux Restos du cœur.

Cette année, le show se veut recentré autour de la musique, avec des tableaux plus longs et plus émouvants. « Faire des medleys dans tous les sens, cela peut être dynamisant […], mais au bout d’un moment ça tue par définition toutes les émotions. C’est bien aussi de chanter une chanson du début à la fin, de faire sobrement, sans forcément faire des galipettes […] et je m’en réjouis », explique Bénabar sur RTL. Ce dernier interprétera d’ailleurs un morceau de Vianney lors de la soirée. Patrick Fiori, lui, pendant les répétitions, explique avoir « l’impression d’assister à des scènes de film ». Comme chaque année, les décors s’annoncent grandioses. Pour sa version 2018, la troupe des Enfoirés traversera « plusieurs gares » pour se retrouver « dans un calendrier de l’avent géant », détaille RTL.

Autre nouveauté 2018 pour Les Enfoirés : la présence de « La bande à Fifi », à savoir les comédiens Philippe Lacheau, Tarek Boudali, Élodie Fontan et Julien Arruti. Ces derniers monteront sur scène aux côtés de Michaël Youn, rapporte RTL. C’est d’ailleurs l’humoriste qui écrit une partie des sketches du spectacle. Parmi les notes d’humour qui ponctuent le spectacle, l’une est inspirée de l’émission d’aventure Koh-Lanta et verra s’affronter deux équipes, l’une jaune et l’autre rouge.

Année après année, le concert des Enfoirés reste le point d’orgue de la campagne des Restos du cœur. Les spectacles, qui se déroulent cette année à Strasbourg, sont indispensables pour la collecte de fonds (un CD ou DVD représente 17 repas). Et sa diffusion, comme chaque année sur TF1, représente une audience colossale avec en moyenne 10,1 millions de téléspectateurs.

Lire Plus

Médias

Cyrille Regis, l’un des premiers footballeurs noirs en Angleterre, est mort

Cyrille Regis, ancien attaquant de l’équipe d’Angleterre, est décédé à l’âge de 59 ans. L’Association des footballeurs professionnels anglais a annoncé sa disparition ce 15 janvier. Regis, joueur de West Bromwich Albion et de Coventry City notamment, était un symbole dans les années 1970, à une époque marquée par le racisme dans le football anglais. Le trio qu’il formait avec Laurie Cunningham et Brendan Batson est entré dans l’histoire de ce sport.

Le football anglais est en deuil. L’Association des footballeurs professionnels (PFA) a annoncé, ce lundi 15 janvier, le décès de Cyrille Regis à l’âge de 59 ans. L’ancien attaquant, qui a porté le maillot de l’équipe nationale d’Angleterre à cinq reprises entre 1982 et 1987, était l’un des premiers joueurs noirs à évoluer parmi les professionnels dans le championnat national dans les années 1970, à une époque marquée par le hooliganisme et le racisme.

Batson-Cunningham-Regis, un trio pour l’histoire

Avec Laurie Cunningham (1956-1989) et Brendan Batson, il formait à West Bromwich Albion un trio surnommé « The Three Degrees », en référence à un groupe populaire de chanteuses afro-américaines. Regis et ses coéquipiers ont eu un rôle important dans la lutte contre les discriminations dans le football anglais dans les années 1970 et 1980. Eux-mêmes ont été confrontés au fléau du racisme, mais leur présence et leurs performances ont contribué à faire évoluer les mentalités et à ce que davantage de joueurs noirs évoluent chez les pros.

Durant sa carrière, Cyrille Regis a brillé à West Brom, où il a marqué 112 buts en 297 matches entre 1977 et 1984. Il joua aussi longtemps à Coventry City, puis à Aston Villa, Wolverhampton, Wycombe et Chester. Sa carrière et son parcours lui ont valu d’être nommé Membre de l’Ordre de l’Empire britannique (MBE) en 2008.

« Il a aidé à ouvrir la voie aux footballeurs noirs dans ce pays »

Adrian Chiles, journaliste et grand connaisseur du club de West Brom, a réagi à l’annonce du décès de Cyrille Regis: « Ian Wright, issu d’une génération suivante de footballeurs noirs, disait ‘nous sommes comme Malcolm X… mais Cyrille était semblable à Martin Luther King’. (…) Ils ont tant fait pour ce sport et pour la cause des footballeurs noirs. » Né en Guyane française le 9 février 1958, l’ancien buteur était arrivé à Londres avec sa famille à l’âge de 5 ans.

Plusieurs ex-joueurs lui ont rendu hommage sur les réseaux sociaux. Pour Gary Lineker, Cyrille Regis était « un formidable attaquant et un homme brave dont l’héritage va au-delà du foot ». « Il a aidé à ouvrir la voie aux footballeurs noirs dans ce pays », ajoute-t-il. Rio Ferdinand salue « un grand homme » qui « a contribué à bâtir les fondations pour d’autres ». « Nous ne l’oublierons pas », poursuit l’ancien défenseur. Andy Cole se dit « dévasté »: « Mon héros, mon pionnier, l’homme qui m’a donné envie de jouer au football est mort. »

Lire la suite sur RFI

 

Lire Plus

En Vedette